Le Reiki, technique énergétique, interview de Jérémy Zehren

24
11227763_509618272546554_2094889767379965837_nLe Reiki est une technique ancestral énergétique par apposition des mains. Les effets sont nombreux, on peut noter qu’il travaille sur les tensions, les blocages et les déséquilibres physiques et émotionnels. Le Reiki libère aussi les causes originelles des blocages émotionnels inscrits dans la mémoire cellulaire. C’est donc une technique qui va venir soutenir notre défi détox sur de nombreux points.

Jérémy Zehren est formé en Reiki et d’autres pratiques énergétiques, il est énergéticien et magnétiseur. Il a aussi développé avec le temps son propre protocole. Je vous invite à découvrir le travail de Jérémy via son site web et sa chaîne YouTube.

Interview de Jérémy Zehren

« Jérémy, merci du temps que vous nous accordez aujourd’hui en qualité d’invité du jour pour la saison 2 du défi détox. Qu’est ce que le Reiki a changé dans votre vie et dans celles de vos clients ?”

C’est moi qui vous remercie de cette invitation.
Tout ! Le Reiki a bouleversé totalement ma vie, autant professionnellement que personnellement. Plus de confiance en moi, plus de sérénité, une ouverture de conscience, le reiki est devenu un ami, un compagnon de route, de vie. Le reiki m’a permis de retrouver ma souveraineté, pour ne plus subir les événements de la vie, en redevenant acteur de ma vie. C’est comme si, je pensais être une personne qui en fait n’était construit qu’à base de peurs, de conditionnements. Le reiki m’a dirigé sur la route de ma plus belle version.

Pour les clients, beaucoup de moment de douceur, de déclics, de soulagement autant psychique que physique. En somme, de véritables libérations. A l’image d’une graine semée en eux, le Reiki permet aux gens de se reconnecter à leurs propres corps, leurs énergies, et leurs pouvoir d’auto-guérison.

 

« Concrètement, en quoi le Reiki peut aider les personnes qui ont décidé d’entreprendre des changements majeurs dans leur vie comme ce défi détox (détox émotionnelle, détox relationnelle, détox comportementale, …) ?”

Le reiki est une source d’énergie intelligente. Elle permet de cibler, en apposant les mains, les blocages, les blessures, les mémoires non-digérés dans le corps, à la fois en douceur et rapidement. C’est comme un nettoyage de printemps à chaque séance, on ignore ce qui a été nettoyé, mais on se sent plus léger, on ressent sincèrement que quelque chose à lâché. Lorsqu’on entreprend des défi détox comme le vôtre, et qu’on est dans une démarche de purification de son corps, son esprit, l’énergétique permet de donner des véritables coup de boost et nous épaule sincèrement dans nos démarches. En cumulant notre volonté à la puissance de la séance, alors de véritables miracles se produisent.

« Dans une de vos vidéos, vous parlez de connexion à d’autres sources d’énergie que le Reiki. Je suis moi-même formée en Reiki et d’autres techniques énergétiques. J’ai maintenant moi aussi le sentiment qu’il y a des sources d’énergie bien plus grandes et j’ai modifié ma pratique également. Selon vous, qu’est ce que cela apporte de plus à un soin ? »

Le reiki est la porte ouverte à tous pour réussir à entreprendre un travail de développement personnel profond. Lors des initiations, on nous reconnecte directement à la fréquence Reiki, qui elle-même est connecté à la source. Alors pourquoi se contenter d’une fréquence, quand l’univers nous offre des multitudes de fréquences avec chacune leurs spécificités et bénéfices ?
Voilà la question qui est venu à moi naturellement après un profond travail d’introspection. Ainsi cela devient d’autant plus fort, puisque connecté en direct à la source, on est certain de trouver parmi toutes ces fréquences celle qui nous conviendra parfaitement selon notre demande, selon l’instant et selon notre stade d’évolution. Les soins que je propose sont ainsi beaucoup plus précis et puissant, je remarque que les bénéfices sont encore plus rapides.
Pour moi le Reiki est le tremplin vers la source. Elle est un premier pas, et selon la sensibilité de chacun, laisse libre cours de se laisser guider vers d’autres chemins.

13006588_10206343634804827_4670082245291877836_n

« Vous êtes en train de vous former à une autre technique nommée Nerti. Est ce que cette technique est complémentaire aux soins Reiki ? »

Alors oui, elle est totalement complémentaire. Je la qualifie plus de “chirurgicale”, car contrairement au soin Reiki, au soin énergétique, bien qu’on puisse y mettre une intention précise, nous ne savons souvent pas ce qui se nettoie. Ici, Nerti, permet de nettoyer précisément une peur, type : peur de parler en public, peur de prendre l’ascenseur, peur du vide, peur d’être abandonné…
On va ainsi libérer toutes les mémoires inconscientes liés à cette peur. De même que pour le Reiki, j’ai été appelé à m’approprier cette méthode et ainsi j’ai intuitivement souhaité la mixer avec l’énergétique. Cela donne de puissants soins de libération et c’est réellement magique. Je suis très fan de cette technique !

« Jérémy, j’aime beaucoup de ce que vous partagez en vidéo et je me demandais si vous aviez des astuces pour nos lecteurs pour élever leur taux vibratoire au quotidien ?”

Merci c’est gentil. Alors que veut dire “élever son taux vibratoire” ? En fait, c’est réussir tout simplement à être le plus en adéquation avec ses envies du coeur. C’est à dire réellement faire ses choix de vie en conscience, pas par peur, ou conditionnement de la société, ou de la famille mais réellement suivre nos envies qui peuvent être à contre-courant de tous. C’est ça, élever son taux vibratoire. Le but est d’arriver ainsi à un alignement parfait entre ce que l’on dit, fait et pense, afin qu’il n’y ai aucune distorsion entre ces 3 notions.

Alors pour réussir à entendre ses envies du coeur, c’est assez simple en fait, c’est, vous savez, lorsqu’on a un coup d’élan, une envie qui vient des tripes (bien sûr ça peut être modéré, si c’est une envie de regarder un film je conçois qu’on ne va pas sauter au plafond, mais c’est d’abord par de fortes élans intérieurs qu’on arrive à cerner ses envies – et non ses besoins)

Je vous suggère concrètement, pour “décrasser”, “détoxifier”, ce signal entre coeur et mental, de méditer chaque jour, même 5 minutes, d’utiliser quotidiennement ho’oponopono, la flamme violette et de s’ancrer (vidéos disponible sur ma chaîne). Si le coeur vous appelle, offrez-vous des soins énergétiques, des massages. Baladez-vous dans la nature, en forêt. Chantez, riez, dansez, amusez vous de la vie. Parce que c’est le seul but de la vie !

Le Défi Détox aussi sur Facebook

Inscrivez-vous sur le groupe de soutien du défi détox pour échanger entre participants dans toutes les étapes de votre détoxification : www.facebook.com/groups/soutiendefidetoxhappysoftely/

30

La dépendance affective, interview de Cristina Marques

23
1409140867Le défi détox passe aussi par les relations interpersonnelles. Les relations toxiques et la dépendance affective sont difficile à vivre et entraîne souvent une véritable souffrance.

Christina Marques est thérapeuthe, spécialisée en dépendance affective et relations de couple. Christina est notre invitée du jour et est l’auteur de « Confidences d’une ancienne dépendante affective ».

Interview de Cristina Marques

« Christina, merci de votre participation et de l’éclairage que vous nous apportez aujourd’hui. Être dépendant affectif, qu’est ce que c’est et qu’est ce que cela implique ? »

Merci Sophie pour votre invitation. C’est avec plaisir que je réponds à vos questions, et je l’espère qu’elles éclaireront les lecteurs le votre blog que je trouve magnifique et magnétique;-)

Être dépendant affectif c’est être nécessiteux affectivement envers une ou plusieurs personnes de notre entourage, bien définies. Une personne dépendante affective ne l’est pas envers tout le monde ! Elle l’est seulement envers certaines personnes qui lui procurent l’illusion de combler son vide affectif et d’avoir ainsi le pouvoir de la rendre heureuse.  C’est particulièrement le cas envers un partenaire amoureux, un conjoint ou envers un enfant ou un parent.

La personne dépendante affective a donc beaucoup d’attentes vis à vis de la personne dont elle est dépendante et à laquelle elle s’accroche, parce qu’elle attend que cette dernière lui donne l’amour, l’affection, l’attention et l’importance dont elle est en carence et qu’elle estime être en droit de recevoir.

Cela implique qu’elle est incapable de se responsabiliser, de se créer son propre bien-être, de se sentir sécurisée par elle-même et de vivre des relations harmonieuses avec les autres.

« Selon vous quels sont les signes qui démontrent que l’on devient/que l’on est dépendant affectif ? »

711025a1c4d7a631b1ce5a23e210c115Ouh! La liste est longue, mais en voici quelques uns:

– Lors d’une nouvelle rencontre qui la séduit,  la personne dépendante affective cherche à tout prix à plaire à l’autre au lieu de rester simplement elle-même et de prendre le temps nécessaire pour vérifier si l’autre peut vraiment lui convenir et s’il peut y avoir une réelle complicité de couple.

– Se précipiter dans la relation au lieu de prendre le temps de laisser la relation se construire à son rythme. Par exemple, la personne dépendante affective est du genre à faire des plans à deux dans sa tête sans vérifier avec l’autre s’il est sur la même longueur d’ondes qu’elle et  elle finit souvent par être déçue car ses plans ne se concrétisent pas.

– Également, se précipiter à avouer ses sentiments : dire « je t’aime », trop vite afin d’être rassuré en retour

– Faire toujours passer les autres en premier au lieu de tenir compte de ses propres besoins

– Se sentir frustré dans la relation parce qu’on a l’impression de donner plus qu’on ne reçoit en retour.  En réalité on ne donne pas avec le cœur, on donne avec la tête et avec des attentes d’obtenir un retour qui serve nos intérêts personnels. Mais c’est très inconscient chez la plupart des gens.

– Avoir sans cesse besoin que l’autre nous témoigne et nous prouve son amour, qu’il nous accorde de l’attention et de l’importance

– Avoir besoin que l’autre nous valorise parce qu’on manque de confiance en Soi et qu’on n’a pas appris à se valoriser soi-même

– Accepter des relations toxiques, des comportements irrespectueux, agressifs et violents parce qu’on est incapable de se passer de l’autre ou parce qu’on croit avoir des obligations envers l’autre

– Aller jusqu’à mettre sa situation financière en danger pour aider l’autre afin de le garder ou afin de conserver une image digne, selon notre perception.

– S’accrocher à l’autre dès qu’on sent un danger potentiel de le perdre

– Être incapable de prendre des décisions seul, sans l’avis de l’autre, pouvant aller jusqu’à changer notre propre avis afin d’être aligné à l’avis de l’autre.

– Être incapable de se passer de l’autre dans de nombreuses situations

– La peur consciente ou inconsciente d’être abandonné

– La jalousie et la possessivité. Le besoin de surveiller la fidélité de son partenaire

– Rester dans une relation qui nous fait souffrir parce qu’on a peur d’affronter la solitude et  peur de ne pas s’en sortir seul, émotionnellement et / ou matériellement

– N’exister que pour l’autre, s’occuper exclusivement de l’autre et ne pas avoir de projets personnels, ce qui créé un ennui mortel et une vie vide de sens

– Se sentir anéanti après une rupture, incapable de faire face à la Vie seul et incapable de tourner la page

– Croire que la Vie n’a pas de sens sans une relation amoureuse

Passer d’une relation à une autre en cherchant toujours le « bon partenaire »

« Souffrir de dépendance affective est douloureux. Quel est pour vous la première étape pour en sortir et se libérer de la relation toxique ? »

517566d909f305b77a48eb9c20afd610Oui, c’est très douloureux, souffrir de dépendance affective. C’est douloureux émotionnellement et ça peut le devenir physiquement lorsque les maux de l’âme en arrivent à devoir utiliser le corps physique pour s’exprimer.

Selon moi la première étape est incontestablement, la prise de conscience. Aucune transformation n’est possible sans qu’on prenne conscience de notre mal être intérieur. Ensuite il est indispensable d’assumer sa responsabilité dans tout ce qui nous arrive dans la Vie car,  consciemment ou inconsciemment,  nous sommes tous créateurs de nos expériences.

Pour parvenir à  se libérer d’une relation toxique, il est nécessaire de faire un profond travail sur soi. Si on n’y parvient pas tout seul, il est vital de se faire accompagner par un professionnel qui maîtrise le sujet.

« Quels conseils donneriez-vous à une personne dépendante affectivement pour ne pas « craquer » et retourner vers la personne qu’elle a réussi à quitter? »

b1339b11459722c0c7788def0e47bb63Plutôt que des conseils, je préfère partager des informations que j’ai acquises de mon expérience personnelle et que je vérifie en observant les expériences d’autres personnes, particulièrement les personnes que j’accompagne en thérapie.

Ayant moi-même vécu ce genre de situation de nombreuses fois, je dirais qu’il n’y a pas de solution miracle pour éviter de « craquer » et retourner vers un ex.

D’ailleurs, c’est amusant que vous me posiez cette question, car c’est justement le sujet de mon dernier article «  récupérer son ex, est-ce vraiment bénéfique pour vous? » que je viens de poster cette semaine sur mon blog.

Je suis convaincue que tant qu’on n’en a pas assez de répéter un même schéma, on n’a pas la force de l’arrêter. Avant d’être prêt pour cette étape, il y a un long travail à faire sur Soi. Un travail qui vise à construire une relation saine avec soi-même, où l’on apprend à se connaître, à s’aimer, à s’estimer, à se respecter, à se donner de l’importance et de l’attention. Un travail où l’on apprend à devenir la personne la plus importante de sa vie.

Ce travail permet véritablement de comprendre que notre bien-être, notre bonheur et l’amour, l’affection et l’attention  dont on a besoin ne provient pas des autres. C’est alors qu’on réalise qu’il n’est plus nécessaire, ni bénéfique pour soi de continuer à s’accrocher à l’autre, car on réalise que tout ce qu’on attendait de l’autre n’était qu’une pure illusion. On découvre que tout ce qu’on cherchait à obtenir de l’autre a toujours été en nous.  A ce moment là il n’y a plus lieu de « craquer ». Ce n’est plus véritablement un effort de décider de se passer de l’autre, c’est un choix conscient et délibéré, même si au moment de la décision il y a encore une souffrance émotionnelle, qui s’estompe au fur et à mesure qu’on se nourrit soi-même.

« Est ce que la dépendance affective se vit-elle uniquement en rapport au couple ou également en rapport à la famille/enfants/amitié? »

b5f74cb0afa36609a64ad3bbd1842f6bLa dépendance affective est une blessure émotionnelle qui est éveillée chez la personne entre l’âge de 0 et 3 ans. Elle va d’abord être vécue dans le contexte familial et elle est associée à la peur d’abandon que l’enfant va développer envers le parent du sexe opposé en particulier.

Selon mes observations, certaines personnes peuvent également vivre la peur d’abandon avec le parent du même sexe. Cela arrive lorsque le parent du même sexe a un rôle au sein du foyer qui correspond davantage à celui du sexe opposé (selon les codes établis par la société ).

Donc les premières personnes envers qui l’on devient dépendant affectif ce sont, bien évidemment, nos parents ( ou les personnes qui les ont substitués ). Les comportements et les attitudes de dépendance que l’on va développer dans l’enfance vont devenir des mécanismes que l’on reproduira plus tard dans certaines de nos relations.

La dépendance affective peut être vécue dans toute sorte de relation, y compris les relations amicales et professionnelles, bien que l’on remarque un degré beaucoup plus intense dans les relations de couple, suivi des relations parents / enfants.

Nous reproduisons tout simplement dans nos relations de couple, le modèle de la relation de couple de nos parents. Même lorsqu’on est très en réaction contre nos parents et qu’on cherche à être tout le contraire d’eux, nous avons des comportements et des attitudes semblables aux leurs. C’est simplement notre ego qui nous empêche de les voir.

« De quel « type » de personnes devrait-on se méfier lorsque l’on se connaît dépendant affectif ? »

b2a0a7c2f051b7112101af8f2dd3bd87( rires ) Je souhaite à chacun de ne jamais chercher à se méfier de qui que ce soit ! Si vous essayez de vous méfier d’un « type » de personnes, c’est justement ce « type » de personnes que vous allez attirer à vous. Parce que se méfier c’est avoir peur. Et la peur est une vibration très puissante qui, justement, attire à vous ce que vous craignez. Plus vous avez peur de quelqu’un ou d’une situation, plus vous voulez l’éviter et plus facilement vous créez la circonstance où vous l’attirerez à vous.

Vous n’attirez jamais personne dans votre vie par hasard ! Les personnes que vous attirez à vous sont toujours votre miroir. Par conséquent, toutes les personnes que vous attirez à vous, sont là pour vous permettre de vous connaître à travers le reflet qu’elles vous renvoient.

Pour mieux comprendre ce principe, je vous invite à lire mon article « Votre partenaire est votre miroir »

Donc si vous avez attiré à vous des personnes que vous ne vouliez surtout pas attirer, vous savez maintenant comment et pourquoi c’est arrivé !

Pour approfondir vos connaissances sur votre dépendance affective, je vous invite à lire mon livre « confidences d’une ancienne dépendante affective »

Découvrez également toutes mes activités ( conférences, ateliers, consultations, … ) sur mon site : www.magneticobonheur.com

Ma page facebook : https://www.facebook.com/magneticobonheur

Mon groupe de soutien facebook : https://www.facebook.com/groups/dependanceaffectivesoutien/

Le Défi Détox aussi sur Facebook

Inscrivez-vous sur le groupe de soutien du défi détox pour échanger entre participants dans toutes les étapes de votre détoxification : www.facebook.com/groups/soutiendefidetoxhappysoftely/

30

Les fleurs de Bach, Interview de Léopoldine Garde

22

12801632_562161477292097_5929808533033417515_n Léopoldine Garde nous fait découvrir aujourd’hui la magie des fleurs de Bach qui peuvent vous accompagner avec succès pendant votre défi détox.

Thérapeute holistique, Léopoldine Garde accompagne principalement les femmes à faire ressortir leurs potentiels, à avancer vers leurs rêves et à harmoniser leurs émotions. Ses outils principaux sont les fleurs de Bach, la psychologie positive et les soins énergétiques.

Interview de Léopoldine Garde

« Léopoldine, c’est avec une joie non dissimulée que je t’accueille aujourd’hui comme experte du jour dans ce défi détox. Peux-tu nous expliquer qu’est ce que les Fleurs de Bach et qu’elles sont leur rayon d’action ? »
Bonjour Sophie. Tout d’abord, c’est un réel plaisir de participer à ce défi et un honneur en plus d’y être une invitée !
Je ne peux pas parler de ces précieux élixirs floraux sans parler de leur créateur : Le Dr Edward Bach, célèbre médecin homéopathe et bactériologiste. Il a créé cette méthode en la voulant simple et accessible à tous, c’est pourquoi elle est sans danger, ni accoutumance et que l’on peut aussi l’utiliser pour les femmes enceintes, les bébés, les enfants, les animaux et même les plantes ! Les fleurs utilisées sont récoltées en pleine nature, dans le respect de celle-ci et la fabrication des élixirs se fait sur place au cœur des quatre éléments. Le rôle des fleurs de Bach est d’harmoniser nos émotions, ce qui permet ensuite de nous épanouir plus facilement.
fleursdebach

« Est ce que les fleurs de Bach peuvent nos aider sur le chemin de la détox émotionnelle ? »

Tout à fait ! Elles sont même selon moi des alliées inestimables pour une détox émotionnelle. Elles viennent compléter d’autres outils que l’on peut utiliser comme l’EFT ou la psychologie positive.
Il est vraiment important de se montrer présent à ce que l’on ressent sur le moment pour pouvoir choisir une fleur de Bach. Un premier pas que je recommande est donc d’accepter nos émotions, les élixirs ne travailleront pas là où l’on n’est pas prêt. Ils viendront pétale après pétale défaire les nœuds émotionnels les plus apparents, pour pouvoir ensuite avec le temps arriver au cœur de notre nœud identitaire en douceur.
« Dans la saison 1 du défi détox, j’ai abordé le sujet des peurs et notre mauvaise habitude de nous terroriser avec nos propres pensées. Peux tu nous conseiller un ou plusieurs elixir(s) floral pour nous aider à travailler nos peurs souvent non fondées ? »

Les élixirs floraux sont classés en familles, il y en a 7 en tout et l’une d’elles traite justement des peurs. Je recommande tout de même de consulter un(e) conseiller/ère agréé(e) ou un(e) thérapeute spécialisé(e) avec les fleurs de Bach pour choisir la fleur qui serait là où les plus adapté(s) pour soi, car nous sommes tous différents.
Si les peurs sont identifiées, même celles de nos propres pensées, alors Mimulus pourra nous aider à les dépasser. En ce qui concerne les pensées négatives qui peuvent tourner en boucle dans notre tête, White Chesnut saura les calmer.
Blühende Kastanien
« Dans ce défi détox, le thème de la dépendance affective revient régulièrement. Léopoldine, quelle(s) fleur(s) peut nous aider à prendre le chemin de l’amour de soi et devenir indépendante affectivement ? »
Alors, en ce qui concerne la dépendance affective, tout dépend de comment l’on se sent. Selon comment le vit la personne concernée, de plus il peut y avoir différentes étapes et besoin.
Par exemple, si l’on préfère ne pas faire face à ses sentiments, se voiler la face et devenir dépendant affectivement , alors Agrimony saura rétablir l’équilibre et nous aider à être sincère avec nous-même. Chicory nous aidera aussi à cheminer dans cette voie, pour faire don de nous-même d’une manière plus sincère. Et Centaury la petite dernière, mais non des moindres, nous aidera à poser des limites saines pour nous.
« Pour conclure, en quoi les fleurs de Bach ont-elles changé ta vie personnelle et pro ? »
Elles ont changé beaucoup de choses… Je dirais tout d’abord que dès la première utilisation elles ont changé ma vie, notamment avec le rescue qui a diminué ma panique lors d’un examen du permis. Mais en fait cela va encore plus loin aujourd’hui, elles m’ont amené à révéler ma passion qui avait toujours été là et qui se révèle être ma mission de vie : c’est-à-dire accompagner d’autres personnes sur leur chemin émotionnel et personnel. Elles illuminent toujours ma voie aujourd’hui. C’est un réel plaisir de travailler avec ses concentrés féeriques ou « puissants petits génies » (comme dirait un de mes professeurs) aussi bien au quotidien que de les partager au travers de consultations.

Le Défi Détox aussi sur Facebook

Inscrivez-vous sur le groupe de soutien du défi détox pour échanger entre participants dans toutes les étapes de votre détoxification : www.facebook.com/groups/soutiendefidetoxhappysoftely/

30